Ville de Créteil – Festival de cinéma : L’œil vers… la Colombie !

L’oubli que nous serons de Fernando Trueba

 

Du mercredi 24 novembre au mardi 7 décembre 2021, les cinéphiles curieux d’évasion ont rendez-vous avec le cinéma colombien. Après l’Espagne, la Chine, le Portugal, l’Islande et l’Angleterre, l’édition 2021 promet d’être riche !

 

>> programme détaillé du Festival de cinéma : L’œil vers… la Colombie !

 

Les 40es journées cinématographiques du Val-de-Marne contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples reviennent dans nos salles. À Créteil, cela marque aussi le retour du festival L’œil vers…, du 24 novembre au 7 décembre, pour une édition consacrée à la Colombie – thème qui aurait été celui de l’année 2020 si le festival n’avait pas dû être annulé. L’occasion de découvrir l’histoire de ce cinéma inventif, né dans les années 20.

Après plusieurs éditions consacrées à des pays européens, L’œil vers… a en effet voulu tourner son regard vers l’Amérique latine. « Pays peu connu en France, la Colombie est un vivier de jeunes cinéastes aux démarches artistiques originales et affirmées, qui mettent en perspective une histoire et une société complexes, explique le collectif d’organisation. Avec l’actualité de la déforestation amazonienne et des multiples revendications des autochtones à faire valoir leurs droits, il nous semblait opportun de nous interroger sur les difficultés qui pèsent sur cette région du monde. » Et d’ajouter : « C’est aussi un univers immense et poétique qui s’ouvre à nous à travers sa nature luxuriante, ses traditions populaires, sa dynamique urbaine et la vitalité de ses personnages de tous âges et toutes conditions. […] Nous pouvons apprendre beaucoup de la vision de ces films sur l’art de faire société. »

Des films et des débats pour élargir son horizon
Projections, rencontres-débats, animations… Une quinzaine de films de genres, aux styles très variés, seront ainsi à l’affiche de onze cinémas du Val-de-Marne partenaires de l’événement, dont La Lucarne à Créteil.

Plusieurs projections seront suivies de débats, dont celle de L’Étreinte du serpent de Ciro Guerra, qui narre l’histoire de Karamakate, un chaman amazonien puissant, dernier survivant de son peuple, vivant isolé dans les profondeurs de la jungle. Cette longue solitude a fait de lui un chullachaqui, un humain dépourvu de souvenirs et d’émotions. Sa vie est bouleversée par l’arrivée d’Evans, un ethnobotaniste américain à la recherche de la yakruna, une plante sacrée possédant la vertu d’apprendre à rêver. Ils entreprennent ensemble un voyage au cœur de la forêt amazonienne.

Les artistes colombiens à l’honneur
La rencontre en bord de scène et la discussion promettent également d’être enflammées à l’issue de la projection du documentaire d’animation Les petites voix de Jairo Eduardo Carrillo (dès 12 ans). Basé sur des récits et dessins d’enfants colombiens de 9 à 12 ans, qui ont grandi dans la violence et le chaos du conflit, ce film nous transporte dans le pays en nous faisant partager les rêves et les espoirs de ses protagonistes.

On ne manquera pas non plus d’aller voir – et débattre – le long-métrage L’oubli que nous serons de Fernando Trueba, qui retrace la lutte du docteur Héctor Abad Gómez, dans les années 1980, pour sortir les habitants de Medellín de la misère. Malgré les menaces qui pèsent sur lui, il refuse d’être réduit au silence. Le destin de ce médecin engagé et père de famille dévoué se dessine à travers le regard doux et admiratif de son fils dans ce bijou du grand écran.

Le festival L’œil vers… la Colombie donnera enfin carte blanche à plusieurs artistes du pays à travers une série d’expositions à découvrir au centre socioculturel Madeleine Rebérioux.

 

Expositions artistiques
Du 18 novembre au 18 décembre, le CSC Madeleine Rebérioux donne carte blanche aux artistes colombiens invités par le collectif de l’Espace culturel La Vache Bleue : Alba Betancourt (peinture), Santiago de León Guerrero (peinture et sculpture), Frederico Velez (peinture) et Sebastian Cifuentes (peinture et sculpture).

 

À l’affiche du festival

 

  • Vendredi 26 novembre, 21h.
    Carte blanche à l’association Le Chien qui aboie : projections de quatre courts métrages suivies d’un débat avec l’une des réalisatrices.

 

  • Dimanche 28 novembre, 16h30.
    Projection du film Niña errante, suivie d’un débat avec le producteur, Thierry Lenouvel.

 

  • Mardi 30 novembre, 20h30.
    À l’initiative de la Ligue des droits de l’Homme, projection du film Les petites voix suivie d’un débat avec Carlos Tello, enseignant-chercheur spécialiste du contexte latino-américain.

Les petites voix de Jairo Eduardo

 

  • Vendredi 3 décembre, 20h45.
    Projection du film L’oubli que nous serons suivie d’un débat autour des conflits en Colombie.

 

  • Samedi 4 décembre, 21h.
    Projection du film L’étreinte du serpent suivie d’un débat autour de l’Amazonie et des droits des autochtones.

 L’Étreinte du serpent de Ciro Guerra

 

  • Clôture, mardi 7 décembre, 20h30.
    Rencontre avec Jorge Torres Medina autour de son œuvre, suivie de la projection du film Jericó, l’envol infini des jours.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Lire la suite

Récent