le nouveau coup d’éclat d’Hugo Gaston, un an après Roland-Garros

Hugo Gaston, 103e mondial et issu des qualifications, a réussi ce mercredi une sacrée performance à Paris en battant le 17e mondial Pablo Carreno Busta au Masters 1000 de la capitale, un an après s’être fait un nom en atteignant les huitièmes de finale à Roland-Garros.

Le 17 est un chiffre porte-bonheur pour Hugo Gaston. Révélé lors du Roland-Garros 2020 automnal par un succès retentissant face à Stan Wawrinka, alors 17e mondial, le gaucher toulousain a de nouveau « touché » le 17, en l‘occurrence Pablo Carreno Busta. Porté par le public de Paris-Bercy, le Tricolore a renversé l’Espagnol en trois sets haletants (6-7, 6-4, 7-5), ce mercredi, décrochant ainsi son billet pour les huitièmes de finale de ce Masters 1000. Devant quelques amis bien excités dans le box, Hugo Gaston s’est allongé sur le dos, avant de hurler sa joie, lui le garçon si réservé.

Sébastien Grosjean attentif

En conférence de presse, il retrouvait un ton lent, sans trahir la moindre émotion. « 17, ça doit être une coïncidence, du coup, a-t-il dit. Je ne compare pas ces deux tournois. Ils sont différents. Les conditions sont différentes. Il y a seulement la ville qui est la même. Roland-Garros, c’était l’année dernière, cela commence un peu à dater. Pour moi, ce n’est pas comparable. L’année dernière, à Roland-Garros, j’avais un classement au-delà de la 200e place. Là, je suis aux portes des 100. Pour moi, ce sont deux choses complètement différentes. Je suis quand même très content d’avoir battu Pablo sur le court central aujourd’hui. »

Grâce à ce succès, il est assuré de gratter une vingtaine de places à l’ATP. Il a son billet pour l’Open d’Australie. Ainsi que pour le Masters Next Gen, qui se déroulera à Milan la semaine prochaine. Son exploit n’a pas échappé non plus à Sébastien Grosjean, le capitaine de l’équipe de France de Coupe Davis, à la rechercher d’un remplaçant à Ugo Humbert pour la phase finale à Innsbruck : « Hugo est intelligent, il sent le jeu. Il a un super touché de balle. Il créé du jeu. A chaque fois, il réagit bien dans les moments difficiles. J’avais en tête de partir à six en Autriche. Il y a pas mal d’options et puis vous verrez… »

Pas d’emballement

Dans le clan du Toulousain, on feint de ne pas voir l’agitation. « Notre programme, c’est finir ici, la Next Gen en Italie et les matchs par équipes avec le Stade Toulousain », a déclaré son coach Marc Barbier, avec un sourire entendu. A l’image de Clara Burel, lancée avec succès dans le grand bain en Fed Cup, c’est dans l’air du temps de lancer des jeunes dans l’aventure collective.

Hugo Gaston disputera jeudi son huitième de finale face au gagnant du match opposant l’Italien Jannik Sinner à l’Espagnol Carlos Alcaraz. « D’abord, avant de passer au prochain tournoi ou quoi qu’il se passe, je vais d’abord me reposer pour être en forme pour mon match de demain. C’est sûr que j’ai de belles échéances avec la NextGen la semaine prochaine. D’abord, je reste concentré sur ce tournoi. J’ai fait quelque chose de très bien aujourd’hui, mais je ne compte pas m’arrêter ici. Je vais donc tout donner et me reposer pour être en forme. »

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Lire la suite

Récent