Poignardé à mort le jour de ses 21 ans

Nouméa LNC mardi 28/12/2021 – Un jeune homme qui fêtait ses 21 ans, lundi soir, a été tué de quatre coups de couteau parce qu’il faisait des dérapages avec sa voiture devant chez lui. Quatre personnes ont été arrêtées et placées en garde à vue pour meurtre.

Son visage ne tombera pas dans l’oubli. Souvent accompagnées de messages de prières et de condoléances, des photos de Rony se sont répandues sur les profils Facebook de sa famille et de ses amis. Comme le reste du pays, la communauté wallisienne a appris mardi matin avec effroi le décès de ce jeune homme, tué le soir de son anniversaire après une fête, autour d’un barbecue, dans la cour de sa maison située rue Albert-Komedji, à Païta.

Si l’enquête criminelle ne fait que commencer, il ressort des premiers éléments que la soirée a basculé peu après minuit. L’alcool aurait joué, une fois de plus, un rôle central dans cette dramatique affaire puisque Rony, ivre, aurait décidé de s’amuser devant la maison familiale en faisant des dérapages au volant de sa voiture. Ce qui a eu pour effet d’agacer un groupe de jeunes installés aux abords de la maison de quartier du Haut du Musée, à l’angle de la rue Komedji et de la route de Katiramona.

La tension monte peu à peu jusqu’à ce que le groupe, “appartenant à la communauté mélanésienne” selon le procureur de la République, Yves Dupas, décide de caillasser Rony. L’altercation n’en reste pas là. Une violente bagarre éclate, au cours de laquelle “le conducteur du véhicule portait plusieurs coups violents à un autre jeune” qui sort alors un couteau de sa poche et frappe Rony à plusieurs reprises, ajoute le magistrat.

Sous les yeux de nombreux témoins, le garçon de 21 ans est grièvement atteint. Se tenant la gorge, Rony s’avance péniblement jusqu’à la cour de sa maison avant de s’écrouler.

Quatre personnes interpellées

La panique gagne les propriétaires de la maison de Rony, qui est caillassée. Alertés, les gendarmes se précipitent rue Komedji. Les hommes du détachement spécial d’intervention (DSI) sont à leur tour la cible de caillassage. Les massages cardiaques prodigués par les pompiers n’ont pas permis de ramener la victime à la vie. Le décès de Rony est constaté peu après 2 heures du matin, faisant sombrer ses proches dans la douleur et la colère.

Moins de vingt-quatre heures après les faits, les enquêteurs de la section de recherches ont interpellé quatre personnes, dont l’implications n’était pas encore connue mardi soir.

Les gardes à vue permettront certainement d’en savoir plus sur la chronologie de la soirée et les circonstances de la rixe, et notamment sur d’éventuelles provocations des différents protagonistes. Elles pourront également servir à établir la responsabilité de chacun.

Seule certitude dans ce dossier criminel : Rony avait peu de chances de survivre à ses blessures. Les constatations médicales ont permis de conclure à “la présence d’au moins quatre plaies dont deux importantes au niveau de la base du cou ainsi que dans la zone fémorale droite, les lésions étant compatibles avec l’usage d’un instrument coupant de type couteau”, affirme Yves Dupas.

Des patrouilles dans le quartier

À l’issue des interrogatoires, qui ne pourront pas dépasser jeudi matin, le patron du parquet de Nouméa devrait ouvrir une information judiciaire pour homicide volontaire (meurtre), ce qui permettra de déférer les suspects devant un magistrat instructeur qui pourra leur notifier leur éventuelle mise en examen accompagnée d’une mesure de détention provisoire ou d’un placement sous contrôle judiciaire. Les investigations se poursuivront ensuite sur commission rogatoire.

Toute la journée de mardi, les gendarmes ont multiplié les patrouilles dans le quartier, surveillant la maison de la victime pour éviter toute forme de représailles. Le calme semblait avoir regagné le quartier. La famille de Rony, elle, est plongée dans le chagrin.



Tahiti-Infos, le site N°1 de l’information à Tahiti

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Lire la suite

Récent