le taux d’incidence passe la barre des 50

Nouméa LNC mercredi 29/12/2021 – Le taux d’incidence, qui atteint 55 cas pour 100 000 habitants, vient de franchir un nouveau seuil d’alerte. L’élargissement des contre-indications à la vaccination et la baisse du prix des tests ont également été actés par l’exécutif.

Le pays en alerte 3

Depuis le mardi 28 décembre, 14 heures, aucun décès supplémentaire n’est à déplorer, soit un total de 281 victimes de la Covid-19. Par ailleurs, 21 nouveaux tests se sont révélés positifs dans les dernières vingt-quatre heures, ce qui porte à 205 le nombre de cas actifs dans le pays. Au vu de ces données, le taux d’incidence repart à la hausse et s’établit à 55 pour 100 000 habitants (contre 49, mardi).

Pour rappel, le gouvernement a publié au Journal officiel (Jonc) du 27 décembre une échelle d’alertes pour mesurer le risque épidémiologique. Ainsi, lorsque ce taux dépasse la barre des 50 cas, le pays passe en alerte 3 (sur 4). En clair, cela signifie que le virus commence à circuler activement mais que cette circulation reste contenue. L’exécutif est alors susceptible d’appliquer une nouvelle série de mesures restrictives : rassemblements limités à trente personnes ; télétravail recommandé ; évolution des jauges pour les lieux accessibles avec le pass sanitaire ; une jauge de 8m² par spectateur en extérieur, etc. Cependant, les évènements de plein air restent limités à 500 personnes. En dépit de la hausse du taux d’incidence, le gouvernement n’a pas communiqué sur une éventuelle évolution des règles actuellement en vigueur. Affaire à suivre, en particulier à l’approche du Nouvel An.

Contre-indication à la vaccination

Le gouvernement a mis à jour la liste des cas de contre-indication médicale à la vaccination contre la Covid, prenant ainsi en compte les avis de la Haute autorité de santé. Il est désormais recommandé de contre-indiquer les injections aux patients présentant une myocardite ou myopéricardite, soit de façon permanente si cette pathologie est associée à une infection par le virus, soit de façon temporaire si elle est survenue avant la vaccination et est toujours évolutive. Il est également recommandé de prendre en considération certaines « maladies rares ».

Les contre-indications sont étudiées au cas par cas, après concertation médicale multidisciplinaire au sein de structures de référence expertes et labélisées, comme le Centre de référence maladies rares (CRMR) ou le Centre de compétence maladies rares (CCMR). Le patient qui présenterait l’une de ces maladies rares ou son médecin traitant doivent se rapprocher de l’un de ces centres afin qu’un certificat puisse leur être transmis.
Le certificat de contre-indication délivré ne sert de justificatif auprès de l’employeur que dans le cadre de l’obligation vaccinale. En revanche, il n’a pas vocation à être utilisé, en Nouvelle-Calédonie, comme pass sanitaire. Pour toute activité soumise au QR code, le patient doit procéder à un test de dépistage (antigénique ou PCR) qui lui permettra, s’il est négatif, d’obtenir un pass sanitaire valide pendant vingt-quatre heures.

Le prix des tests antigéniques encadré

Le gouvernement a décidé de baisser le prix des tests antigéniques pour les professionnels de santé, qui passe ainsi de 1 206 Fcfp à 900 Fcfp (hors acte). Pour rappel, la gratuité des tests antigéniques et PCR est prolongée au moins jusqu’au 31 janvier.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Lire la suite

Récent