une expulsion toujours plus à l’étude, mais pas dans l’immédiat

La remise de nouvelles observations des avocats de Novak Djokovic au ministère de l’Immigration va retarder la décision d’une éventuelle expulsion du joueur serbe. Mais celle-ci est plus que jamais étudiée au regard des derniers éléments.

Novak Djokovic aura encore du temps pour s’entraîner sur les courts de la Rod Laver Arena. Car ses avocats ont transmis des documents supplémentaires au ministère de l’Immigration pour éviter une expulsion du joueur, toujours d’actualité. La remise de ces pièces va engendrer un nouveau délai dans la prise de décision d’Alex Hawke, ministre de l’Immigration qui peut activer son pouvoir personnel pour exclure du pays le numéro un mondial.

« Comme indiqué publiquement, le ministre Hawke envisage d’annuler le visa de M. Djokovic en vertu de l’article 133C (3) de la loi sur les migrations, a déclaré un porte-parole du membre du gouvernement australien. Les avocats de M. Djokovic ont récemment fourni de longues observations supplémentaires et des pièces justificatives jugées pertinentes pour l’éventuelle annulation du visa de M. Djokovic. Naturellement, cela affectera le délai d’une décision. »

Le ministère de l’Intérieur enquête sur son isolement en Serbie, ses déclarations incorrectes et de possibles incohérences sur la date de son test positif

Ce délai offre, sur le papier, un répit au Serbe. Ce n’est pas vraiment le cas dans les faits car de nombreux doutes entourent désormais les conditions d’entrée du Serbe sur le territoire. Le joueur a d’ailleurs reconnu des « erreurs humaines mais délibérées » en assurant à tort n’avoir pas voyagé lors des 14 jours précédant son arrivée au pays sur le formulaire d’entrée au pays. Et ce n’est pas la seule « fausse note » dans le viseur des autorités australiennes.

Selon le Sydney Morning Herald, l’enquête du ministère de l’Intérieur sur la star du tennis s’est élargie pour inclure sa violation des exigences d’isolement en Serbie, les déclarations incorrectes sur son formulaire d’entrée de voyage et les incohérences à la date de son test positif au Covid. Des journalistes allemands ont analysé le QR Code et déterminé que celui-ci datait du 26 décembre, et non du 16 comme communiqué par le Serbe.

Il risque trois ans de suspension par l’ATP

Le ministre de l’Immigration Alex Hawke examine séparément l’opportunité d’annuler le visa de Djokovic au motif qu’une infection antérieure au covid au cours des six derniers mois n’est pas une exemption valable pour être non vacciné. Mais M. Hawke pourrait également envisager d’annuler le visa de la star serbe pour des raisons de caractère, a informé l’enquête des Affaires intérieures. Djokovic risque aussi gros au niveau du règlement de l’ATP qui sanctionne de trois ans de suspension une falsification d’un test.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Lire la suite

Récent