Djokovic risque trois ans d’interdiction de territoire après l’annulation de son visa

La deuxième annulation du visa de Novak Djokovic implique que ce dernier, qui visait un 21e titre record du Grand Chelem à l’Open d’Australie, risque une interdiction d’entrée dans le pays pendant trois ans, sauf dans certaines circonstances.

Son visa ayant été annulé une deuxième fois par les autorités australiennes, Novak Djokovic est pour l’heure empêché de disputer l’Open d’Australie 2022. Mais le n°1 du tennis mondial masculin risque également d’être privé des prochaines éditions du tournoi. Compte tenu de la décision des autorités, le Serbe de 34 ans s’expose désormais à une interdiction d’entrer en Australie d’une durée de trois ans. Ce qui pourrait potentiellement lui faire rater le premier grand rendez-vous du Grand Chelem en 2023, 2024 et 2025.

Le Migration Act, texte de loi en Australie qui régit les entrées et sorties, prévoit en effet qu’une annulation de visa soit accompagnée d’une interdiction de territoire pour trois ans. Pendant cette période, il est impossible pour la personne sanctionnée de soumettre une nouvelle demande de visa. Des exceptions existent toutefois, pour motif impérieux. Un laisser-passer peut être accordé pour des raisons de santé, ou par exemple en cas de décès d’un membre de la famille.

>>> L’affaire Djokovic en direct

Le gouvernement « fermement engagé à protéger les frontières » face au coronavirus

La deuxième annulation du visa de Novak Djokovic, qui voulait prendre part à l’Open d’Australie sans être vacciné contre le Covid-19, alors que le pays l’impose à tous les voyageurs étrangers, a été prononcée par Alex Hawke, le ministre de l’Immigration. Cette décision a été prise « sur des bases sanitaires et d’ordre public », a précisé le membre du gouvernement, « fermement engagé à protéger les frontières australiennes, tout particulièrement dans le contexte de la pandémie de Covid-19 ».

Le visa du joueur de 34 ans avait déjà été annulé une première fois le 5 janvier lors de son arrivée à Melbourne. Novak Djokovic avait alors été placé dans un centre de rétention en vue de son expulsion. Les avocats du tennisman avaient toutefois remporté une éclatante victoire le 10 janvier, en obtenant d’un juge qu’il rétablisse son visa et ordonne sa libération immédiate. Depuis, celui qui vise un 21e titre record en Grand Chelem s’entraînait en vue du tournoi, et devait affronter lors du premier tour son compatriote Miomir Kecmanovic, 78e joueur mondial.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Lire la suite

Récent