le Serbe Kecmanovic veut « tout faire pour venger » Djokovic

« Il fallait que je gagne pour lui aussi »: le Serbe Miomir Kecmanovic a reconnu avoir été poussé par une double motivation pour battre lundi au 1er tour de l’Open d’Australie le remplaçant de son compatriote Novak Djokovic expulsé du pays avant le début du tournoi.

La fibre nationaliste a repris le dessus. Alors qu’il devait être opposé initialement à son compatriote serbe, Novak Djokovic, l’expulsion d’Australie du n°1 mondial a offert à Miomir Kecmanovic un tout autre adversaire pour son entrée en lice à l’Open d’Australie, plus abordable. Peu favori face à Djokovic, le compatriote de Nole a sauté sur l’occasion pour s’offrir le lucky loser italien Salvatore Caruso, balayé en trois manches (6-4, 6-2, 6-1).

Kecmanovic: « Nous allons tout faire pour le remplacer »

« Il fallait que je gagne pour lui aussi », a déclaré Kecmanovic, qui a reconnu avoir été poussé par une double motivation, dont celle de rendre justice à son compatriote. « Je sais qu’on ne peut pas faire grand-chose pour lui, mais nous faisons de notre mieux pour être là pour lui et pour l’aider à traverser cette période », a ajouté Kecmanovic au sujet de son compatriote.

« Il est quoi qu’il arrive un immense champion et il était pénible de voir ce qui lui arrivait en particulier depuis que je savais que j’allais l’affronter sur le court Rod Laver. Je me sens très mal pour lui et j’espère qu’il reviendra encore plus fort », a-t-il ajouté. Kecmanovic a souligné que les joueurs serbes s’étaient dit entre eux qu’ils allaient « tout faire pour venger » Djokovic et « le rendre fier ».

« C’est notre plus fort représentant et il est évidemment dommage qu’il ne puisse participer et représenter la Serbie (à l’Open d’Australie, ndlr), mais nous allons tout faire pour, d’une certaine façon, le remplacer », a-t-il ajouté.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Lire la suite

Récent