Cornet regrette le nombrilisme du circuit pour Djokovic et Shuai Peng

Qualifiée pour le deuxième tour de l’Open d’Australie, Alizé Cornet est revenue sur son message de soutien à Novak Djokovic, a donné des nouvelles de Shuai Peng et regretté le manque de solidarité dans le monde du tennis.

Alizé Cornet, 61e mondiale, s’est qualifiée mardi pour le deuxième tour de l’Open d’Australie après sa victoire face à la Bulgare Viktoriya Tomova (6-3, 6-3). La Française affrontera l’Espagnole Garbine Muguruza au prochain tour. A l’issue de ce succès, la joueuse qui fêtera ses 32 ans samedi n’a pas souhaité revenir sur son tweet de soutien à Novak Djokovic en regrettant justement le manque d’unité du circuit. « J’en sais trop peu pour juger de la situation, avait-elle écrit sur Twitter. Ce que je sais, c’est que Novak est toujours le premier à représenter les joueurs. Mais aucun de nous ne l’a défendu. Sois fort Novak Djokovic. »

« Je n’ai vraiment pas envie de m’exprimer là-dessus parce que ça m’a plutôt perturbée avant mon match quand j’ai envoyé ce tweet, a-t-elle déclaré. J’ai dit tout ce que j’avais à dire dans ce tweet et je n’ai pas grand-chose à rajouter de plus à part que c’est triste d’avoir un tournoi sans lui. « 

La Niçoise révèle aussi le peu d’intérêt porté par le circuit à la situation de la joueuse Peng Shuai, qui a disparu des radars de longues semaines après avoir dénoncé des agressions sexuelles contre l’ancien vice-Premier ministre chinois.

« On a une fausse idée de ce qu’il se passe dans les vestiaires, sourit Cornet. Non, on n’en parle pas du tout entre nous. Mais alors pas du tout. Il n’y a pas une joueuse qui est venue me voir pour parler de ça. Je n’ai pas eu de nouvelles non plus. Cette affaire en est au point mort. Il faut laisser du temps au temps et ne pas lâcher l’affaire d’une manière ou d’une autre. C’est le tennis, c’est un monde très solitaire. On l’a vu avec l’histoire de Novak, tout le monde est un peu concentré sur son petit business. C’est difficile de mettre en place une action solidaire quand il faut défendre d’autres joueurs. Ça ne me déçoit pas, ça fait seize ans que je suis sur le circuit, je connais les règles. Moi, j’ai été éduquée comme ça mais ça ne me surprend pas et je peux comprendre qu’il y ait des gens pas investis, pas concernés par les autres. Dans le tennis, c’est très récurrent. L’essentiel, c’est que je continue à dire ce que je pense sans être censurée. »

« Je sais qu’elle va à peu près bien »

Elle conclut en donnant des nouvelles de la joueuse chinoise. « Je sais de source sure qu’elle n’est pas en danger physiquement, confie-t-elle. Je suis inquiète pour ce qu’elle va devenir, comment elle va évoluer après ça. Quand est-ce qu’elle va être vraiment libre? Je sais qu’elle va à peu près bien. Ce n’est pas la grosse inquiétude que j’avais eu en novembre où je l’ai imaginé enterrée dans une fosse. On va dire que sa vie n’est pas en danger et vu les circonstances, c’est presque déjà rassurant. »

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Lire la suite

Récent