face à un public hostile, Monfils s’est senti un peu « comme Ronaldo »

Vainqueur en trois sets de Miomir Kecmanovic ce dimanche pour rejoindre les quarts de finale de l’Open d’Australie, Gaël Monfils a dû faire face à un public assez hostile, surtout composé de fans serbes, qui n’ont pas hésité à encourager leur compatriote. Mais le Français, qui aime le « trashtalk » a puisé son énergie dans cette hostilité.

Gaël Monfils est en confiance. Un an après sa triste élimination au premier tour de l’Open d’Australie, le Français s’est qualifié ce dimanche pour les quarts de finale à Melbourne, sans avoir concédé le moindre set. Vainqueur en trois manches (7-5, 7-6, 6-3) de Miomir Kecmanovic, la « Monf » a réussi à s’en sortir au terme d’un match accroché, disputé dans une ambiance bouillante.

« C’est de la bonne motivation »

En l’absence de Novak Djokovic, les supporters serbes avaient encore un compatriote à encourager et n’ont pas hésité à se faire entendre. « J’ai eu l’aide du public, qui était contre moi. Ça m’a excité. Je me suis retourné et les gens parlaient trop. Ça me gavait, c’est de la bonne motivation, a admis Gaël Monfils face aux médias. Je me disais: ‘tiens, prends-ça, quoi, tu vois, parle-maintenant’. Ça m’a relaché aussi, c’est une excitation qui permet de te relâcher. »

« J’adore le trashtalk »

Solide dans les moments décisifs, Gaël Monfils a été le plus consistant dans ce combat disputé. L’occasion, pour lui, de rejoindre pour la deuxième fois de sa carrière les quarts de finale de l’Open d’Australie, le dixième pour lui en carrière dans les tournois du Grand Chelem. « J’en avais besoin aussi dans ces moments-là. Merci à eux, a lâché Monfils à propos de ce soutien particulier. J’aime ça. J’adore le trashtalk, je fais que ça. Si on pouvait parler, je serais incroyable. Un peu comme Cristiano Ronaldo qui dit ‘calmez-vous’. Ça fait du bien, après on est dans la bagarre. »

Au prochain tour, Gaël Monfils retrouvera l’Italien Matteo Berrettini, tête de série numéro 7. En 2019, pour son dernier quart de finale en Grand Chelem, le Français de 35 ans avait été éliminé en cinq sets par ce même Berrettini lors de l’US Open. Après avoir sorti la pépite Carlos Alcaraz en cinq sets au tour précédent, Berrettini a dominé ce dimanche l’Espagnol Pablo Carreno Busta en trois sets.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Lire la suite

Récent