« Je me dis que je vais gagner le tournoi », confie Cornet, qualifiée pour les quarts

Soulagée d’atteindre les quarts de finale d’un tournoi du Grand Chelem pour la première fois de sa carrière, à 32 ans, Alizé Cornet se persuade chaque soir depuis le début de la quinzaine qu’elle va gagner l’Open d’Australie. Une technique qu’elle a emprunté à Maxime Cressy, la révélation de ce début de saison.

Alizé Cornet tient son quart, enfin ! La Française s’est qualifiée lundi pour son premier quart de finale dans un tournoi du Grand Chelem en battant Simona Halep à l’Open d’Australie. « Il n’est jamais trop tard ! », a-t-elle savouré à l’issue d’un combat âpre et douloureux, remporté au meilleur des trois manches (6-4, 3-6, 6-4). Cornet, qui avait constamment buté sur l’obstacle fatidique des huitièmes de finale, et ce à cinq reprises au cours de sa carrière, est cette fois venue à bout des éléments, et d’une adversaire coriace.

La Française, 61e mondiale, a bataillé contre la chaleur étouffante, et la pression qui l’accablait. « Après 30 minutes de match, on était toutes les deux déjà cuites mais on a continué à se battre toutes les deux », a souligné Alizé Cornet. Les deux joueuses ont beaucoup souffert de la chaleur en plein été australien. La température de l’air était de 33°C mais elle était nettement supérieure sur le court de la Rod Laver Arena. Au point que le niveau d’alerte de l’organisation était de 3,5 quand, à 5, les matchs sont suspendus.

Hypnose et méditation

« J’ai arrêté de réfléchir après 30 minutes de jeu. Je n’y voyais plus clair, mes mains tremblaient, mais j’ai vu qu’elle n’allait pas mieux », a raconté Cornet. Un motif d’espoir dans cet océan de torpeur, qui a donné à la Française la force de poursuivre le combat face à une adversaire bien décidée, comme elle, à ne rien lâcher dans ce bras de fer qui s’est éternisé pendant 2h33. Un combat qui relevait « presque de la survie », d’après l’intéressée. Dans le deuxième set, alors qu’elle menait 6-4, 3-1, Cornet a connu un gros passage à vide.

Menée 6-4, 3-1, Halep a enchaîné au total six jeux pour mener 4-6, 6-3, 1-0. Dans le set décisif, Cornet a pris l’avantage en faisant le break pour 4-3 et a confirmé à 5-3. Dans la foulée, elle a eu deux premières balles de match sur le service d’Halep mais la Roumaine les a sauvées et obligé la Française à conclure sur son propre service. « Je me sens super solide dans la tronche », a témoigné Alizé Cornet. Le résultat d’un travail entrepris il y a quelques années déjà, à base de méditation, et plus récemment d’hypnose, pour forger son mental.

Deux pratiques qui lui ont permis de trouver un certain équilibre dans son approche du jeu, lui permettant d’être pleinement concentrée sur le moment présent. La voici qualifiée pour les quarts de finale à sa 63e participation à un tournoi du Grand Chelem. Un rêve qui devient réalité, et qu’elle pourrait prolonger contre sa prochaine adversaire, Danielle Collins.

Sans vouloir se projeter trop en avant dans le tournoi, Alizé Cornet fait le plein de pensées positives en s’autopersuadant qu’elle va triompher à Melbourne. Une astuce empruntée à Maxime Cressy, le phénomène franco-américain: « Avant de dormir tous les soirs, je me dis que je vais gagner le tournoi, confie la Française. Si je ne suis pas la première à y croire, personne n’y croira pour moi. »

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Lire la suite

Récent