des feux de brousse menacent la périphérie de Perth

Perth, Australie AFP mercredi 01/02/2022 – Des feux de brousse incontrôlables, alimentés par des températures torrides qui devraient s’intensifier dans les jours à venir, menacent des zones résidentielles en Australie occidentale, ont annoncé mercredi les autorités.

Une alerte d’urgence a été émise pour la périphérie de Perth, quatrième plus grande ville du pays, après le début d’un incendie mardi qui a désormais ravagé une centaine d’hectares.

Les services d’urgence ont indiqué aux habitants qu’ils étaient « en danger et devaient agir immédiatement pour survivre ». « Il y a une menace pour les vies et les maisons ».

Les prévisions montrent que Perth atteindra 34 degrés Celsius mercredi avant de remonter jusqu’à 40°C d’ici samedi.a périphérie

Les autorités craignent que le feu n’atteigne des zones résidentielles en raison des vents violents.

« L’alerte d’urgence reste en place en raison de l’intensité du vent (…) qui continue à exercer une pression sur les lignes coupe-feux », a déclaré le ministère des Services d’incendie et d’urgence. 

Dans le même temps, le deuxième feux de brousse dans le sud-ouest de l’État a été « contenu mais non maîtrisé » mardi après-midi, selon les autorités.

Les résidents évacués près de la petite ville de Kirup, à environ 220 kilomètres au sud de Perth, ont été avertis de ne pas retournechez eux à cause des  conditions toujours « très dangereuses ».

L’Australie occidentale a connu une chaleur record cet été, Perth enregistrant une suite de 10 jours au-dessus des 40°C. 

Le mois dernier, la ville côtière d’Onslow a atteint la température la plus élevée jamais enregistrée en Australie, soit 50,7 °C.

Il y a un an, un feu de brousse dévastateur a détruit 86 maisons dans les banlieues de la ville et brûlé 11.000 hectares de terres.

Les incendies qui se multiplient à travers le globe sont associés à divers phénomènes anticipés par les scientifiques en raison du réchauffement de la planète. L’augmentation de la température, la multiplication des canicules et la baisse des précipitations par endroit est ainsi une combinaison idéale pour le développement des feux. 

« Au niveau mondial, l’augmentation des températures et de l’aridité a allongé la saison des incendies et doublé la surface à risque d’incendies », selon un projet de rapport des experts climat de l’ONU (Giec) obtenu en juin 2021 par l’AFP.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Lire la suite

Récent