Del Potro n’aurait pas touché l’argent du tournoi de Buenos Aires à cause de ses dettes

Eliminé en 16es de finale du tournoi de Buenos Aires, Juan Martin Del Potro aurait vu ses 5.500 euros de prize money être saisis. Et ce, en raison de sa dette d’environ 27 millions d’euros, résultat de la mauvaise gestion financière de son père Daniel.

Embêté par de gros soucis physiques après de multiples opérations, Juan Martin Del Potro n’a toujours pas officialisé son départ à la retraite. Mais son tournoi disputé à Buenos Aires en février dernier a de grandes chances d’avoir été le dernier. Sorti dès les 16es de finale par son compatriote Federico Delbonis, le tennisman de 33 ans aurait connu une nouvelle désillusion.

Selon le journaliste Luigi Gatto, l’Argentin aurait vu ses 5.500 euros de prize money être saisis. La cause étant sa dette d’environ 27 millions d’euros, conséquence de la mauvaise gestion financière de son père Daniel, décédé en janvier 2021. Des journalistes d’America affirmaient, il y a quelques semaines, que Juan Martin Del Potro a appris l’existence de cette dette à la mort de Daniel: « Les débiteurs sont venus frapper à sa porte parce que son père ne savait pas gérer l’entreprise. La plus grosse dette qu’il avait était envers une entreprise de céréales. »

Les mauvais investissements de son père

La situation financière dite catastrophique de Del Potro serait liée à des mauvais investissements du père de Juan, notamment dans des domaines où il avait peu de connaissances sur le sujet: « Il a loué 9.000 hectares de terre et aussi du matériel dans l’idée de planter du soja. Mais il n’avait aucune connaissance et a fini par s’endetter. »

En attendant, le joueur a expliqué, durant un entretien à Star+LA dont les propos ont été retranscrits par ESPN Tenis, qu’il ne ferme pas la porte à un retour à la compétition: « Je ne ferme pas cette fenêtre qu’un miracle peut se produire comme cela s’est produit avec Murray. Le tennis est ma passion. »

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Lire la suite

Récent