Monfils promet une « carrière exceptionnelle » à Alcaraz

Après s’être fait balayé dans le deuxième set par la nouvelle pépite du tennis mondial Carlos Alcaraz (7-5, 6-1), Gaël Monfils n’a pu qu’admirer le niveau de l’Espagnol de 18 ans. Le Français lui promet une « carrière exceptionnelle » et ose la comparaison avec Rafael Nadal, qu’il pourrait retrouver en demi-finale.

Fort de sa victoire face au numéro 1 mondial russe Daniil Medvedev (4-6, 6-3, 6-1) au tour précédent, Gaël Monfils arrivait en pleine bourre pour affronter la jeune pépite du tennis mondial, Carlos Alcaraz (n°19). Il a fait connaissance avec un jeune Espagnol de 18 ans « rapide, agressif, athlétique et plein de panache » qui l’a « déchiré » (7-5, 6-1), rien que ça.

Malgré sa défaite, « La Monf » a exprimé sa sincère admiration en conférence de presse: « Durant la rencontre, je me suis dit : ‘Putain, c’est cool!’ quand j’ai réalisé que c’était trop dur pour moi aujourd’hui. C’est dur, c’est mettre son égo de côté parce que tu veux gagner et que le mec te déchire. Mais c’est top, incroyable. Beaucoup de gens sont dans le paraître mais moi je dis la vérité : j’apprécie. Bravo Carlos. » « Je me réjouis de le rejouer une autre fois pour essayer de lui proposer quelque chose de différent », a poursuivi le n°28 mondial, comme si le gamin de 35 ans venait de rencontrer son idole de 18 ans.

« Il avait réponse à tout, il m’a marché dessus »

Mais il n’est pas question d’âge selon Monfils: « Il est déjà trop fort, il a toute la vie devant lui pour accomplir des trucs exceptionnels, ce qu’il va faire je pense. Je n’ai pas envie de dire qu’il est promis à un bel avenir car il est déjà fort. Il fait tout très bien, beaucoup mieux que moi. On espère qu’il aura une carrière exceptionnelle mais je ne me fais pas trop de soucis pour lui » a glissé le Parisien, comme cité par l’Equipe.

En plus d’égrainer les louanges sur le niveau d’Alcaraz tout au long de la conférence de presse, « La Monf » s’est aussi penché sur les qualités tennistiques du Murcien. « Je ne le pensais pas aussi rapide. Au service, je n’arrivais pas à faire des aces parce qu’il est loin et se déplace super vite sur les côtés. Et puis son jeu est plein de panache: il tape, il vient à la volée. Il avait réponse à tout, il était partout. Il me marchait dessus. Tactiquement, pareil, il m’a mis en échec très vite et il a eu des moments où il a été super agressif sur son deuxième coup avec des frappes incroyables. »

« C’est comme quand tu joues Rafa »

Gaël Monfils a ensuite comparé le jeune crack, victorieux de l’ATP 500 de Rio, à son compatriote Rafael Nadal, son ainé de 17 ans: « Physiquement il m’a bouffé. Pas parce que je suis fatigué mais parce que, physiquement, ce qu’il m’a proposé, c’est trop fort pour moi. C’est comme quand tu joues Rafa: tu n’es pas fatigué mais tu prends 2 et 2 sur terre parce que physiquement il te bouffe. A un moment je ne suivais plus Carlos. »

Alcaraz pourrait d’ailleurs retrouver Nadal, en demi–finale du tournoi. Leur seul affrontement s’était déroulé il y a un an au Masters 1000 de Madrid et Rafa n’avait pas fait de cadeau à son possible successeur qui fêtait alors ses 18 ans en le balayant (6-1, 6-2). Avant cela, le jeune Murcian affrontera, mercredi, le tenant du titre Britannique Cameron Norrie (12e), en quart de finale.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Lire la suite

Récent