le joueur de tennis Dolgopolov détaille ses missions au front et tacle l’ATP

Invité exceptionnel sur BFMTV ce mardi, Alexandr Dolgopolov, joueur de tennis ukrainien, a détaillé son engagement dans l’armée ukrainienne pour contrer la guerre déclarée par la Russie. Il s’en prend aussi à l’ATP.

Alexandr Dolgopolov en a fait « une question d’honneur » pour défendre l’honneur de sa « nation en péril » depuis le début de la guerre déclenchée par la Russie, le 24 février dernier. Le joueur de tennis, ancien 13e joueur mondial et quart de finaliste à l’Open d’Australie en 2011, a troqué ses raquettes pour les armes et les tenues militaires la semaine dernière. « J’ai suivi un entraînement pendant une semaine », a-t-il confié dans un témoignage exceptionnel sur BFMTV, ce mardi. Il a ensuite détaillé ses premières missions.

Missions: mobiliser des fonds, porte-parole et fournisseur de kits de protection

« Je ne suis pas un soldat professionnel, je suis un sportif avant tout, rappelle-t-il. Je ne suis pas en première ligne, comme nos héros militaires, mais j’ai rejoint la défense territoriale. J’essaie de mobiliser les fonds, je suis aussi porte-parole, j’essaie de témoigner pour répondre à différents médias, porter cette vérité au monde. Je vais aussi souvent à Tchernihiv (ville située à 150km au nord de Kiev, ndlr) pour fournir les kits de protection, les gilets par balle. Beaucoup de gens, de civils ont besoin d’aide. Ce sont mes principales missions aujourd’hui. Je n’ai pas encore été engagé dans un vrai combat mais ça arrivera peut-être. »

Le joueur de 33 ans se sent investi d’un rôle d’exemple auprès de la population. Son retour au pays va, espère-t-il, pousser davantage de personnes à rejoindre les rangs de la résistance. « C’est un message important que j’envoie à nos militaires et nos forces armées, explique-t-il. Tout homme ukrainien doit être dans les rangs. Nous devons soutenir notre peuple, défendre nos femmes et nos enfants. J’espère que mon exemple sera inspirant pour les autres. Peut-être que les hommes à l’étranger ou en Ukraine occidentale pourraient revenir aider au front. »

Il adresse, enfin, un tacle appuyé en direction de l’ATP qui a refusé d’exclure les joueurs biélorusses et russes du circuit. Ceux-ci pourront notamment participer à Roland-Garros au printemps prochain en France (22 mai-5 juin). Il tacle aussi le très faible engagement des sportifs russes dans ce conflit.

« Dire ‘je suis contre la guerre’ ne suffit pas »

« J’estime que la fédération de tennis mondial n’a pas pris de position suffisamment ferme, regrette Dolgopolov. On a vu d’autres fédérations internationales, comme la Fifa, qui ont interdit les sportifs biélorusses et russes et je pense que c’est juste parce qu’il faut arrêter cette guerre. Les sportifs ne peuvent pas arborer les drapeaux de ces nations tant que la guerre dure. Je n’étais pas engagé en politique avant mais les citoyens russes doivent aussi se poser des questions et agir. Mais dire ‘je suis contre la guerre’ ne suffit pas. Il faut aussi agir. Tout le monde est contre la guerre. Mais il faut faire des actions concrètes au niveau de chaque citoyen russe. Il faut condamner les gouvernements criminels. »

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Lire la suite

Récent